Démarche Analytique

Forum d'études et de travaux sur la démarche analytique, la psychanalyse, les connaissances sur la psyché...


    Les registres de langages R.S.I.

    Partagez
    avatar
    René Bommelaere
    Admin

    Messages : 143
    Date d'inscription : 30/05/2009
    Age : 77
    Localisation : TOULOUSE
    Emploi/loisirs : Psychanalyste -- Formateur-Didacticien

    Les registres de langages R.S.I.

    Message  René Bommelaere le Lun 20 Déc - 8:30

    Les registres de langages R.S.I.

    Ils impliquent trois représentations de désir :
    -- Le désir imaginaire, celui-ci s'implique sur la scène et les jeux de rôle, sur tous les objets, sur ce qui se manifeste...
    -- Le désir symbolique, qui lui implique la fonction phallique en hors texte.
    -- Le désir au niveau corporel ce qui implique la pulsion, la satisfaction des besoins grégaires dont la réalité objective est souvent largement dévoyée par les deux précédents.

    Il y a aussi ce phallus qui propose en corrélation un sens : « s'il y en a un » comme le propose Jung :
    « le sens de vie, un sens de vie différent pour chacun de nous » mais qui de toute façon demande à se vivre.
    Je perçois que j'ai le libre arbitre (par les choix et les actions prises en charge grâce au travail en conscience qui se construit) d'accueillir cette vie ou de la mépriser, de contrecarrer, de bloquer, d'inhiber toutes les attitudes, les aptitudes de construction qu'elle me propose..

    J’entends sur le plan psychologique profond pour l'homme et la femme, que se présentent et se situent à l’identique la féminité et la masculinité en tout être.
    Par suite, je précise de plus en plus dans ce que je vis les comportements féminins et masculins dans l'être, comme des acquisitions : on ne naît pas femme on le devient, (S. de Beauvoir), versus... : On ne naît pas homme on le devient.
    La féminité et masculinité seraient à préciser comme deux images archaïques (expressions de pulsion archétypique) proches de l'inné, ces deux forces d'égale puissance en tout être.
    Pour Freud et Lacan l’axe phallique n’implique pas cette distinction de comportements qui sont plutôt entendus comme des réactions , des états d’être. Pour Jung et Baudoin il s’agit d’une formation dérivée de l’archétype phallus , double comme tout archétype, et nous pouvons face à l’Anima et l’Animus qui en découlent percevoir ce qui anime les images archaïques de féminité et de masculinité. Le concept de comportement prend ici position au niveau de l’inconscient personnel sur l’Anima et l’Animus non différenciés ou non intégrés ce qui correspond à la perversion de cette pulsion de vie par les instances surmoïques.
    D’où les formulations de complexes qui se positionnent en décrivant un faisceau de tendances (C.Baudoin et coll.). Le complexe d’ Œdipe reste central (dans l’identification et dans les choix d’objets), les autres notions sont là pour préciser les différents scénarios et rôles qui peuvent se jouer sur la scène : celui d’Iphigénie, d’Electre, de Diane , de Caïn et d’Abel, d’Abraham, de Jocaste, de Laïos …

    Puis je me pose une question sur ce que les femmes ne disent pas, ou n'entendent pas, ou font semblant de comprendre, ou jouent tout simplement avec ce qu'elles perçoivent plus inconsciemment qu'en conscience. Si je me pose cette question c'est que j'en ai la réponse, une réponse qui me convient, pour l'instant, mais qui peut se préciser, même se modifier, avec l'accueil et le temps.
    Mais comment se fait-il que l'on puisse encore entendre tant de différences :
    physique -- psychique -- relationnelle – comportementale,entre le mâle et la femelle humaine ; certes sur le plan physique quelques attributs secondaires de sexualité sont présents mais sur le plan du psychisme profond ce sont les mêmes héritages du patrimoine relationnel qui nous animent ; là encore le sujet fait son choix d'un phare entre les comportements féminins et les comportements masculins (les deux comportements se situant dans chaque être).
    Le jeu de petit -- phi f dans les relations est construit sur l'illusion de l'imaginaire à l'aide de l’idée d'usurpation de la fonction F par le truchement des religions .
    L'imagination crée une réalité physique dans l'être -- l'être croit à ce qu'il perçoit, son corps réagit à cette perception, cette réaction entérine sa croyance, le -- comme si -- d'Hélène Deutsch s'implique dans la même mouvance et dans toutes les manifestations de perversions dans l'être.


    _________________
    C'est avec un certain plaisir que je me propose de répondre à toute question qui serait susceptible de vous aider à mieux comprendre mes propos -- aussi n'hésitez pas --
    René Bommelaere

      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 22:19