Démarche Analytique

Forum d'études et de travaux sur la démarche analytique, la psychanalyse, les connaissances sur la psyché...


    Un questionnement sur les soit disantes différences entre ce que l'on nonme : homme et femme

    Partagez
    avatar
    René Bommelaere
    Admin

    Messages : 143
    Date d'inscription : 30/05/2009
    Age : 77
    Localisation : TOULOUSE
    Emploi/loisirs : Psychanalyste -- Formateur-Didacticien

    Un questionnement sur les soit disantes différences entre ce que l'on nonme : homme et femme

    Message  René Bommelaere le Dim 6 Mar - 9:18

    Mais comment se fait-il que l'on puisse encore entendre tant de différences :
    physique -- psychique -- relationnelle – comportementale,entre le mâle et la femelle humaine; certes sur le plan physique quelques attributs secondaires de sexualité sont présents mais sur le plan du psychisme profond ce sont les mêmes héritages du patrimoine relationnel qui nous animent ; là encore le sujet fait son choix d'un phare entre les comportements féminins et les comportements masculins (les deux comportements se situant dans chaque être).

    Le jeu de petit -- phi -- (f) dans les relations est construit sur l'illusion de l'imaginaire à l'aide de l’idée d'usurpation de la fonction grand -- phi -- (F) par le truchement des religions .
    L'imagination crée une réalité physique dans l'être -- l'être croit à ce qu'il perçoit, son corps réagit à cette perception, cette réaction entérine sa croyance, le -- comme si -- d'Hélène Deutsch s'implique dans la même mouvance et dans toutes les manifestations de perversions dans l'être.

    Que permet la démarche analytique dans l'approche de la volonté d’emprise
    La démarche analytique permet par l'étude -- de la volonté d'emprise et de ses artifices en chaque être -- d'envisager l'ampleur et l'intensité des traumas, ce qui explique le choix des comportements masculins et féminins signifiés dans l'inter-relation, l'interaction avec le groupe d'accueil.

    Si je peux me situer en sujet face à moi-même lorsque je me donne les possibilités de me désaliéner des tractations de religions, j'entends que je ne suis et ne peux être pour l'autre qu'un objet ; le tout est de s'y présenter le plus possible dans la conscience de cela.

    Traiter l'autre en sujet sur le plan conscient et se rendre compte en fait que les processus inconscients nous amènent à le traiter comme un objet partiel, avec inconscience, cela peut nous proposer de rechercher à se sortir de cette illusion.

    Le rôle du défi a son importance quant à la volonté d'emprise, il semble néanmoins très peu entendu sur la scène pathologique, malgré le fait qu'il corresponde à un mécanisme de défense utilisé de façon très subtile. Pourquoi ne pas exprimer ce qui se dit en nous sur le cercle où nous vivons et avant tout sur ce que nous pouvons découvrir en nous-mêmes .



    Petit phi f est ce qui court sur le langage en substitution à la fonction grand phi F autrement dit la substitution d’une « fonction divine » projetée, nous l’accaparons avec notre anthropomorphisme (nous lui donnons « forme sur terre », notre imagination en est capable) afin de supposer lui subtiliser sa toute puissance et sa toute jouissance .
    -- c’est la base de construction de toute forme de religion, où tout un chacun se présente : ( Les prêtres de la Loi – les prophètes – les médiateurs dans les rôles messianiques) comme les médiateurs d’un savoir-pouvoir.


    _________________
    C'est avec un certain plaisir que je me propose de répondre à toute question qui serait susceptible de vous aider à mieux comprendre mes propos -- aussi n'hésitez pas --
    René Bommelaere

      La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû - 15:28